Nouveau chauffage pour l’église Saint-Tugdual de Baulon

Chauffage-Eglise-de-Baulon - Photo CGV

Nouveau challenge relevé pour notre société : Un mois avant les fêtes PASCALES, la commune de BAULON (35) souhaitait remplacer son chauffage qui ne fonctionnait plus.
Défi relevé les fidèles ont pu passer la veillée PASCALE au chaud et de plus avec un nouvel éclairage.

Etat des lieux avant travaux

  • Générateur d’air chaud fonctionnant au fuel situé dans la sacristie Nord avec soufflage et reprise direct dans le transept Nord
  • Eclairage par spots ou projecteurs halogènes ou par lampes à incandescence devenu insuffisant pour la lecture
  • Travaux réalisés par CGV&CIEL :

Mise en place de

  • 3 lustres de 8 radiants électriques IRC puissance 12 kW 1 dans la nef et 1 dans chaque transept)
  • 1 Panneau de 3kW dans le chœur
  • Pose d’un éclairage de type LED dans la nef, les transepts (sur les lustres) et dans le chœur.
  • Remise en conformité du câblage électrique.
  • Création d’un nouveau TGBT regroupant les organes de protection et de commande de l’ensemble de l’installation électrique
  • Pose d’un gestionnaire de puissance pour rester avec une puissance installée de 36kVA

Patrimoine De Baulon

L’église Saint-Tugdual (1831-1849-1882-1966), œuvre de l’architecte Jean François Pointeau. Saint Blaise semble avoir été jadis le patron de l’église de Baulon.

La première église paroissiale dont on ait gardé le souvenir se trouvait, dit-on, à l’entrée du bourg, près du champ de foire actuel. Une deuxième église fut ensuite construite plus au centre ; démolie en 1835, elle présentait, d’après les notes du Registre paroissial, des caractères d’architecture romane dans sa partie supérieure, où l’on voyait un arc triomphal et une abside en cul-de-four ; mais ses nefs avaient été faites vers 1550.

Les seigneurs de Bréal et ceux de la Muce prétendaient aux honneurs et à la supériorité dans cette église ; toutefois, les derniers en jouissaient seuls au XVIIIème siècle. La confrérie du Rosaire y était érigée, « sans aucun revenu fixe mais avec assez de casuel » ; il y avait quelques fondations, entre autres une « pour le pain de communion » (Pouillé ms. de Saint-Malo 1739-1767).

De la nouvelle église de Baulon, construite vers 1835, nous n’avons rien à dire ; c’est un édifice propre, mais sans style. On y conserve une relique de la vraie croix très-vénérée depuis des siècles et « attirant beaucoup d’aumônes », dit le Pouillé ms. de Saint-Malo. Il est permis de croire qu’elle fut apportée à Baulon par les chevaliers qui y possédaient le Temple (Pouillé de Rennes).

La nef de l’ancienne église datait du milieu du XVIème siècle et les seigneurs de la Musse y possédaient un enfeu. Le retable du maître-autel date du XVII-XIXème siècle : – au centre du retable se trouve une peinture (1856) illustrant la Transfiguration, œuvre du peintre Brune, – de part et d’autre se trouvent les statues de saint Antoine et saint Blaise (XIXème siècle), – l’ensemble est surmonté d’une statue de la Vierge Marie (XIXème siècle)

Le chauffage par rayonnement installé dans l’église

Le chauffage par rayonnement installé dans l’église - Photo Ouest-France

Vendredi, Marcel Bouvier, maire, en présence d’Irénée Adoko, prêtre de la paroisse Saint-Amand ; Alain Rousselot, entreprise CGV et Ciel ; Arsène David ; Jean-Yves Glémau, adjoints ; Roland Gueutier, bénévole, ont participé à la mise en route du chauffage dans l’église Saint-Nicolas.

Le système de chauffage, par air chaud pulsé avec générateur et brûleur fuel, était vétuste. Il avait un coût d’entretien élevé. Il ne correspondait plus aux objectifs de qualité de l’environnement.

Le chauffage est utilisé par intermittence, faiblement. « Nous avons retenu un chauffage par rayonnement. C’est un confort pour les fidèles qui suivent les offices. La technique permet d’obtenir une sensation de chaleur immédiate. Les surfaces à chauffer sont sélectionnées », explique Marcel Bouvier, maire. C’est un chauffage au gaz, efficace et économique, avec la flexibilité : chœur, nef, transepts…

Source : Ouest-France
Photo : Ouest-France

Nouveau chauffage pour la Basilique Notre Dame de la Guerche de Bretagne (35)

Notre-dame-de-La-Guerche

Après de nombreuses recherches de solutions techniques pour le remplacement du chauffage de la basilique Notre Dame, la commune a retenu en accord avec les Services Départementaux des Architectes du Patrimoine la solution de chauffage par moquette chauffante électrique que nous leur avions proposée.
Nous remercions Mr le Maire, le Directeur des services techniques ainsi que Mr l’architecte du patrimoine pour la confiance qu’ils nous ont accordée et l’aide apportée pour la bonne réalisation des travaux.

Siège de présidence Moquette acajou
Siège de présidence Moquette acajou

Etat des lieux avant travaux :

  • Générateur d’air chaud équipé d’un brûleur fuel
  • Soufflage dans le chœur de l’église et reprise dans la chapelle collatérale Nord

Travaux réalisés par CGV&CIEL :

Travaux 2017 :

  • Fourniture et pose de 219 m² de moquette chauffante répartie dans le haut de la nef principale, des deux nefs collatérales et dans le chœur
  • Pose et raccordement d’une armoire de commande et de protection de l’ensemble
  • Passage des câbles sous moulure en chêne massif conforme aux directives de l’architecte

Travaux 2018 :

  • Complément chauffage fond de la basilique nef et collatéraux soit 124m²
  • Pose d’un gestionnaire de puissance
Nef collatérale Nord Moquette gris anthracite
Nef collatérale Nord Moquette gris anthracite

Architecture et art de l’edifice

La basilique Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne, située au cœur de l’ancienne ville close de La Guerche, est un édifice gothique des XIIIe, XIVe et XVIe siècles, restauré et agrandi au XIXe. Sanctuaire de pèlerinage au rayonnement local, elle relève de l’archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo.
Siège de doyenné, l’église de La Guerche est par la suite érigée en basilique mineure le 12 mars 1951 par un bref du pape Pie XII6. Entre-temps, elle fait l’objet d’une procédure de classement au titre des monuments historiques par arrêté en date du 15 novembre 1913

Moulure chêneNotre-dame-de-La-Guerche massif goulotte technique
Moulure chêne massif goulotte technique