Nouveau chauffage pour l’église Saint-Tugdal de Baulon

Nouveau challenge relevé pour notre société : Un mois avant les fêtes PASCAL, la commune de BAULON (35) souhaitait remplacer son chauffage qui ne fonctionnait plus.
Défi relevé les fidèles ont pu passer la veillée PASCAL au chaud et de plus avec un nouvel éclairage.

Etat des lieux avant travaux

  • Générateur d’air chaud fonctionnant au fuel situé dans la sacristie Nord avec soufflage et reprise direct dans le transept Nord
  • Eclairage par spots ou projecteurs halogènes ou par lampes à incandescence devenu insuffisant pour la lecture
  • Travaux réalisés par CGV&CIEL :

Mise en place de

  • 3 lustres de 8 radiants électriques IRC puissance 12 kW 1 dans la nef et 1 dans chaque transept)
  • 1 Panneau de 3kW dans le chœur
  • Pose d’un éclairage de type LED dans la nef, les transepts (sur les lustres) et dans le chœur.
  • Remise en conformité du câblage électrique.
  • Création d’un nouveau TGBT regroupant les organes de protection et de commande de l’ensemble de l’installation électrique
  • Pose d’un gestionnaire de puissance pour rester avec une puissance installée de 36kVA

Patrimoine De Baulon

L’église Saint-Tugdual (1831-1849-1882-1966), œuvre de l’architecte Jean François Pointeau. Saint Blaise semble avoir été jadis le patron de l’église de Baulon.

La première église paroissiale dont on ait gardé le souvenir se trouvait, dit-on, à l’entrée du bourg, près du champ de foire actuel. Une deuxième église fut ensuite construite plus au centre ; démolie en 1835, elle présentait, d’après les notes du Registre paroissial, des caractères d’architecture romane dans sa partie supérieure, où l’on voyait un arc triomphal et une abside en cul-de-four ; mais ses nefs avaient été faites vers 1550.

Les seigneurs de Bréal et ceux de la Muce prétendaient aux honneurs et à la supériorité dans cette église ; toutefois, les derniers en jouissaient seuls au XVIIIème siècle. La confrérie du Rosaire y était érigée, « sans aucun revenu fixe mais avec assez de casuel » ; il y avait quelques fondations, entre autres une « pour le pain de communion » (Pouillé ms. de Saint-Malo 1739-1767).

De la nouvelle église de Baulon, construite vers 1835, nous n’avons rien à dire ; c’est un édifice propre, mais sans style. On y conserve une relique de la vraie croix très-vénérée depuis des siècles et « attirant beaucoup d’aumônes », dit le Pouillé ms. de Saint-Malo. Il est permis de croire qu’elle fut apportée à Baulon par les chevaliers qui y possédaient le Temple (Pouillé de Rennes).

La nef de l’ancienne église datait du milieu du XVIème siècle et les seigneurs de la Musse y possédaient un enfeu. Le retable du maître-autel date du XVII-XIXème siècle : – au centre du retable se trouve une peinture (1856) illustrant la Transfiguration, œuvre du peintre Brune, – de part et d’autre se trouvent les statues de saint Antoine et saint Blaise (XIXème siècle), – l’ensemble est surmonté d’une statue de la Vierge Marie (XIXème siècle)